CARNET DE VOYAGE DU KIRGHIZISTAN

Du 22 août au 6 septembre 2005

Je suis resté un jour plein à Och, une ville qui est aussi déconseillée par le ministère des affaires étrangères. Bilan : Le bazar de Och a été génial. J'ai continué à faire réparer ma remorque, qui m'emmerde un peu, chez un ferronnier. Je me suis éclaté comme tout le temps dans ce voyage. J'ai passé plus de 6 heures à me promener en essayant des chapeaux ridicules, des manteaux magnifiques qui pesaient 5 kg, en goûtant des épices, négociants des morceaux de queue de moutons pour le plaisir... Ah oui, dans ce pays, le mouton a une queue très grasse dont les locaux raffolent pour ces qualités nutritives. Je vous préviens, il faut avoir l'estomac bien accroché pour avaler des morceaux énormes de gras pur !
Par la suite, j'ai fait le reste du pays avec Frank et Dom, un couple de Chamonix, qui fait Moscou - Katmandou à vélo.
En fait, on a croisé Frank et Dom à la sortie de Och et on a discuté 2 heures. On les a laissé, ils arrivaient à Och. Le lendemain matin, on s'est séparé avec Sylvain. Le soir même, après un premier col à 2400m (mon plus gros de l'époque), ils m'ont doublé en camion. Ils avaient dit au chauffeur de les emmener me rejoindre persuadés que je serai seul sans Sylvain... véridique.
Je suis resté avec eux jusqu'à Kachgar. On y est allé cool. Je voulais à tout prix profiter de ce pays plus de 5 jours. J'ai brillamment réussi des cols à 2400m, 3615m et 3500m ! Je suis trop fier de moi. Même si pour le second, j'ai poussé le vélo sur 6km. La piste était vraiment pourrie : raide, pleine de cailloux cachés sous du sable : un cocktail gagnant...
En fait, ce pays très pauvre (il n'a pas le pétrole turkmène ou le coton ouzbek) a quelques routes en asphalte qui datent des russes (avant 1991) et le reste du réseau n'est constitué que de pistes, incroyablement défoncées par les camions.

Vous n'avez pas eu de nouvelle car pour des questions de visas, Frank et Dom n'entraient en Chine que le 06 septembre et je les ai attendu. Cela nous a permis de camper dans des vallées à plus de 3000m d'altitude, d'être réveillés par des vaches et des yaks aux pieds des montagnes du Pamir, de goûter dans des yourtes du lait de jument et autre yoghourt amer et une incroyable crème fraîche, quasi jaune et sincèrement délicieuse avec du pain quasi moisi...

Les locaux sont géniaux, sauf quand ils boivent (c'est souvent le cas...) : ils montent à cheval en oblique et essaient de faire de mon vélo... et sauf quand ils ont moins de 9 ans : ils crient "touristes, touristes" et jettent des pierres quand on ne s'arrête pas !
Pour la plupart, ils sont formidables et très accueillants. Je me souviendrai longtemps d'une séance photo de Frank avec une famille kirghize dans leur champ...

Les paysages sont grandioses, malgré l'état abominable des pistes... les montagnes immenses, pleines de neiges... On a dormi plusieurs nuits à plus de 3000m : il gelait la nuit, mais je n'ai jamais eu froid avec mon matos... Le réchaud nous a permis de manger des plats de pâtes et de riz de très bon niveau. En bref, cela a été quand même 10 jours très routards, assez durs car on était au milieu de rien et autosuffisance quasi totale... Et cela je ne connaissais pas...