Carnet de voyage du Turkménistan

Lundi 25 juillet 2005, J+47

Ashkabad (Turkménistan)
Le jour J tant attendu... Du fait du froid et de la tension, j'ai mal dormi. Cela fait 5 mois que je pense à ce pays !
Côté Iranien, tout se passe en 15 min. Côté Turkmène, nous avons un contrôle de passeport au bout d'un mètre. On descend 4km. Deuxième contrôle : passeport, enregistrement du visa, paiement de 10$ et contrôle exhaustif de tous mes bagages ! Cela dure plus d'une heure.
Après 3 nouveaux contrôles sur 30 Kms, nous arrivons à Ashkabad.

Pour commencer sur ce pays, l'intro du Lonely Planet est parfaite :

"Fascinante république du désert, le Turkménistan dont seul le nom a changé depuis l'ère soviétique, est une mosaïque bigarrée de peuples d'une grande spiritualité, restés à l'écart du monde moderne jusqu'à l'arrivée de l'armée rouge en 1920.
Aujourd'hui, c'est le culte de la personnalité dévoué au président Niazov qui défraie la chronique internationale. Pourtant, son importance géostratégique est immense (notamment grâce aux réserves de pétrole et de gaz enfouies sous les sables brûlants) et s'apprête à devenir une des récompenses du nouveau Grand Jeu aux ressources minières qui se dispute en Asie centrale.
Malgré l'acharnement des gouvernements successifs à vouloir moderniser le pays, voyager au Turkménistan est une expérience inédite qui séduira tous les amoureux des vastes territoires imprégnés de spiritualité et de tradition, où le cours du temps s'est arrêté..."

J'adore ce texte. Il est vrai à 200%.

Ashkabad était jusqu'en 1991, une morne ville frontière de provinces, largement inaccessibles aux occidentaux. Promue capitale du Turkménistan indépendant, la ville a changé de physionomie : certaines innovations sont étonnantes, d'autres affreuses, le plus souvent les deux à la fois. A titre d'anecdotes, les locaux appellent les monuments récents par des numéros représentant le nombre de pattes du monument. Si l'on veut voir la tour de la neutralité, il faut demander le monument à 3 pattes.
Le record est le monument à 40 pattes, constitué à sa base par un char tiré par 10 chevaux....
Nous nous sommes beaucoup promené pendant 3 jours à Ashkabad. Nous n'avons vu que peu de personnes dans les rues et elles étaient russes... Par contre, il y avait un flic, tous les 50m... Le couvre feu est fixé à 11h. Je l'ai dépassé une fois. J'ai subit un contrôle de passeport. Ils ont senti mon haleine. Heureusement, je n'avais bu que 3 bières. Et je me suis fait sermonner en Turkmène.
Sinon, j'ai enfin pu retirer des dollars avec ma carte visa et acheter un lecteur de cartes pour les photos...
Nous avons rencontré un français qui voyage en Bagpacker depuis 9 ans. Il fait parti du Rainbow. Par manque de temps, je ne vous le décris pas mais allez passer quelques heures sur www.rainbow.org. Je vous assure que le principe est FORMIDABLE.
Sur les locaux, nous rencontrons surtout des russes pour parler avec nous. Les Turkmènes ne nous répondent pas toujours. Ils ne comprennent pas ce qu'un Français peut venir faire dans leur pays... Cela laisse songeur.
Côté vélo, nous avons fait 3 étapes de 120 Kms chacune après Ashkabad, jusqu'à Mary. Les villes étapes étaient Kaka et Tejen. Je me devais de vous donner cette information.... La première fois, nous avons dormi dans un restaurant tenu par un vieux de 80 ans qui voulait faire de mon vélo.... La deuxième fois, nous avons dormi dans la tente après un poste de contrôle de la police... Ils ont été très sympas avec nous.
Les journées ont, elles, étaient apocalyptiques. Il a fait des températures de folies. J'ai dégusté tous les jours un peu plus. Les deux premiers jours, il y avait tellement peu de villes sur le trajet que je buvais de l'eau brûlante quand j'avais soif !!!!! Cela reste de loin, l'expérience la plus dure du voyage.
Le 7ème jour, nous avons fait une pause à Mary. Nous dormions chez un jeune Ouzbek de 28 ans. J'ai un problème avec la liaison entre ma remorque et le vélo. Alim, cet ouzbek m'en a fabriqué une en acier russe.
Résultat, elle fait 3 kg de plus que l'originale, mais elle résiste à un char.... Pourvu que cela dure !!!
Le 8ème et 9ème jour, nous avons traversé le désert de Repetek. Il a fait très chaud, 45 à 50 degrés mais cela s'est mieux passe qu'avant Mary. Nous faisions une énorme pause le midi et nous nous économisions en permanence.
La dernière grosse difficulté aura été le passage de la frontière. Pour des raisons inconnues, le consul n'aurait pas dû nous donner un visa de transit de 10j, mais 5j maximum. Résultat, nous avons été bloqués pendant 3 heures en plein soleil. On a été interrogé dans un bureau isolé par 2 flics.... On s'est fait sermonner. Et pour couronner le tout, on est interdit de séjour au Turkménistan pour 2 ans... C'était ça ou payer 100$ d'amende... Le pire dans l'histoire, c'est que mon interdiction de séjour est un affreux tampon rouge dans mon passeport. En plus, ils l'ont fait sur une page neuve. L'histoire est quand même assez drôle!