Carnet de voyage de Thaïlande

Pathalung, Tha Sala, Phumphin du 20 au 22 janvier 2006

Le passage frontière a été le plus décontracté que je n'ai jamais vécu depuis le début du voyage. J'ai dû harceler des policiers Malaisiens pour avoir mon coup de tampon de sortie sur le passeport... Tout le monde avait la flemme de s'occuper de moi ! Au final, tout le monde était mort de rire.
Côté Thaï, des flics m'ont proposé de garder le vélo pendant que je remplissais les papiers pour entrer en Thaïlande. A mon retour, ils m'ont offert une carte de la Thaïlande, m'ont indiqué un bon endroit pour changer mes quelques Ringgits en Bahts. Bref, ca commence super bien.
Globalement, les paysages sont les mêmes pendant les 3 premiers jours. La Thaïlande est assez plate, mais parfois on croise comme une verrue de verdure, une mini montagne pas bien large mais assez haute ! Sinon c'est plein de rizières et quand ce n'est pas cultivé, des forêts, de la même teneur que celles que j'ai vu en Malaisie (là où il y a les serpents !!!).
Les Thaïs sont bien plus relax que tous ceux que j'ai vu jusqu'à présent. Ils ont toujours le sourire et cherchent toujours à m'aider. Le seul problème est que personne ne comprends, ni ne parle l'anglais.
Et le Thaï est un langage aussi opaque que l'Hindi ou le Farsi... Donc je lutte tous les jours ... Mais tout le monde y met du sien quand il n'est pas chinois. Une fois, on m'a même offert un imbuvable whisky thaï vers 15h00, après que je leur ai commande un café ! C'était bien drôle!
Sinon il pleut parfois donc je pousse fort sur les pédales et réalise de grosses journées de vélos. Après 3 jours de vélo, j'ai fait 470 Km... En fait, je décide de calmer à ce moment... Cela ne sert à rien de bombarder !
La nuit, je demande à chaque fois à la police station du coin où camper. Ils m'hébergent à chaque fois, soit me prêtant un bout de terrain et gardant mes affaires pendant que je me balade en ville, soit en me donnant carrément une chambre pour dormir. Dans tous les cas, j'ai droit à une douche tous les soirs et ce n'est pas du luxe....
Seul le dernier soir à Phumphin, je n'arrive pas à me faire comprendre des flics qui m'envoient tout le temps à l'hôtel donc je cherche tout seul un coin. Je trouve un endroit où des gens font du sport. Cela sera parfait pour la nuit.
Le seul souci c'est qu'au petit matin, je suis réveillé par toute une marmaille autour de moi... Je suis dans une école et ils commencent tôt en Thaïlande... Bref, je plis tout, vite fait bien fait, car c'est pénible une armée de petit thaïs... Leçon à méditer !

Lang Suan, Mai Sombun, du 23 au 24 janvier 2006

Ces journées n'ont rien de spéciales en soit. Si ce n'est que je calme au niveau des Km pour m'arrêter à chaque fois, assez frais le soir. De tout façon, je ne pouvais que calmer car l'essentiel de la journée, je monte et descends des bosses de 1km de long. C'est quand même assez fatiguant au final...

Prachuap Kirikhan, Cha Am, Dom Tum du 25 au 27 janvier 2006

Ces jours-ci, je bouffe du vent de face.... C'est clair, la Thaïlande ne m'aura pas épargné au niveau climat.
300 Km de vent de face, cela forge le moral les enfants, je vous le dit ! Enfin, au moins les soirs sont à chaque fois là pour compenser la solitude des journées.
J'ai dormi 2 fois dans une police station et à chaque fois, j'ai fait des supers parties de football avec les flics. La première fois, je les trouvais un brin costaud sur leurs contacts. C'était avant que
J'apprenne que je dormais dans un camp de commando de l'armée thaï... Cela ne les a pas empêché de m'offrir à manger et une bière, et de me m'offrir leur salle de repos pour que je regarde un peu de foot une fois la nuit tombée! Ca c'était génial. D'autant plus que je campais dans un cadre très agréable, au pied d'une montagne... D'ailleurs, après le foot, ils m'ont même offert un ballon de Takraw, que j'ai tenu à leur payer car je voulais en acheter un...
Le lendemain, après ma traditionnelle journée de vent de face, je suis arrivé dans une station balnéaire, histoire de voir la mer de Thaïlande au moins une fois. C'est agréable car frais mais pas très joli. D'autant plus qu'en ville, pour mon premier hôtel en Thaïlande d'ailleurs, je croise pleins de vieux blancs (qui sont tous rouges à cause du soleil, d'ailleurs) avec à leurs bras des jeunes Thaïs d'à peine 20 ans... J'avais presque oublié que la Thaïlande était connue pour son tourisme sexuel... C'est assez répugnant à voir quand même!
La nuit suivante à lieu dans un petit village, perdu dans la banlieue éloignée de Bangkok. Ah oui ! Car je fuis Bangkok : une ville de 6 millions de personnes... beuh, je ne peux pas en vélo !!!
Je joue, encore une fois, au foot avec les flics. Mais ceux là, savent bien jouer et j'ai du mal à tenir le niveau... Mais j'ai des circonstances atténuantes : 125 Km de vent de face, avant... Enfin on rigole bien et après les avoir remerciés, j'essaie de dormir car je suis vraiment lessivé après tous ces Km en Thaïlande. Le problème, c'est qu'il y a un con qui s'amuse à faire péter des pétards dans la rue au milieu de la nuit... Ca ne me réveille pas, cela me fait sursauter !!! Je suis vert. Surtout que pleins de cons prennent le relais.
Vu que personne ne parle anglais, toute la journée qui suit, j'entends des pétards, mais ne comprends pas pourquoi !! On a essayé de me le dire mais je n'ai compris que "chinois" !!! Cela m'aurait étonné que ce ne soit pas eux qui me cassent les c... encore une fois !!! En tout cas, ce n'est pas encore le nouvel an car c'est le 29, je crois...
Enfin affaire à suivre!

Ayatuya du 28 au 30 janvier 2006

Je me repose enfin. J'ai choisi cette ville comme stop car elle est classée patrimoine mondial de l'Unesco.
Elle est claffie de temples et encerclée par 3 rivières. Elle est donc constituée d'une île en son centre.
Au final, l'hôtel dans lequel je suis est calme. Ca, c'est formidable. Ils servent des bières à un prix correct ! Ca c'est le bonheur pour le soir après un bon repas quand il fait chaud !
Les temples que je visite la journée sont tous très fatigués (comme moi quoi ! Mais eux ils tombent en ruine !). Je passe un jour et demi à déambuler dans Ayatuya. Cela fait du bien d'oublier parfois un peu le vélo !!!
Je prends enfin quelques photos de la Thaïlande, ce que j'avais peu fait auparavant (sic...). J'ai maintenant l'esprit plus tranquille envers ceux qui sont en France !
Demain je reprends le vélo pour faire les derniers 300 Km qui me séparent du Cambodge !

Ayatuya, Pratan Kacham, Aranyaprethet, 31 janvier et 1er février 2006

Les journées passent et se ressemblent... J'ai le vent de face ! Cela me fait forcer tout le temps et me laisse sans période de repos ! Résultat je suis fatigué en fin de journée. En plus, les chiens sont toujours au rendez vous et j'ai ma dose quotidienne de frissons !
Par contre, les soirées sont d'enfer. La première nuit, je campe devant une police station. J'en profite pour aller dans un marché de nuit où je me remplis le ventre avec des brochettes de folies (viandes, seiches et diverses pâtes dont j'ignore tout de la composition). En plus, le marchand de glace me reconnaît et m'offre une glace! Sinon tout le monde hallucine de voir un étranger se balader là en pleine nuit ! Bref, je fais du vrai local et cela me plait !
La deuxième nuit, suit une journée très chaude ! Je pense que c'est annonciateur de ce que je découvrirai au Cambodge. Par contre, le soir, je dors dans un temple bouddhiste. Ils n'ont pas l'habitude et sont tous adorables avec moi ! Je joue même au foot à côte du temple avec les jeunes de ce village ! Quand je reviens, 5 moines sont autour d'une table. Ils ont apporté du Coca. Ils font un apéritif en mon honneur ! En plus, ils me remettent des cadeaux ! Principalement des produits de soin... C'est pratique, je devais en trouver. Par contre, je ne pensais pas que je puais à ce point ! On passe la soirée à essayer de communiquer ! Ils sont moines mais ont un quasiment tous un job qu'ils partagent avec leur activité de moine. Je pense que tout le monde passe par là au moins quelques années dans leur vie ! Sinon avant de me coucher, ils me donnent 2 brins d'orchidée que je dois donner à Bouddha pour qu'il me protège au Cambodge ! C'est rigolo mais un peu flippant quand même ! Le matin, mes moines m'ont préparé un petit déjeuner et c'est en me disant que j'aurais dû plus dormir dans des temples que je quitte la Thaïlande !